Contenu de la page principale

Sylvia Fedoruk Canadian Centre for Nuclear Innovation (Fedoruk Centre)

ARC Nuclear Canada Inc.

APERÇU

Le Sylvia Fedoruk Canadian Centre for Nuclear Innovation Inc. (Fedoruk Centre) a été créé en 2011 en vertu de la Loi canadienne sur les organisations à but non lucratif (L.C. 2009, ch. 3). Il a comme objectif « de positionner la Saskatchewan parmi les chefs de file mondiaux de la recherche, du développement et de la formation dans le secteur nucléaire, en investissant dans des partenariats avec le milieu universitaire et l’industrie afin de maximiser les avantages sociétaux et économiques. » (statuts constitutifs, modifiés le 5 octobre 2012). Le Fedoruk Centre est doté d’un conseil d’administration indépendant. Une grande partie de ses fonds provient d’une entente de financement avec Innovation Saskatchewan, un organisme de la province, pour réaliser quatre activités clés :

  • s’associer avec des établissements de la Saskatchewan pour accroître la capacité de la province à participer à la science, à la technologie ou à la politique nucléaire;
  • financer des projets de recherche menés par des scientifiques de la Saskatchewan ayant comme cible de faire progresser la science physique ou sociale et de mettre en place les conditions nécessaires aux activités économiques dans le domaine nucléaire;
  • exploiter le Saskatchewan Centre for Cyclotron Sciences (SCCS), afin que les utilisateurs développent leurs programmes d’innovation en matière d’imagerie nucléaire et fabriquent des produits radiopharmaceutiques destinés aux hôpitaux régionaux;
  • proposer des services de consultation pour le public pour permettre aux habitants de la Saskatchewan de participer aux initiatives nucléaires nationales et pour les décideurs de la Saskatchewan afin qu’ils tiennent compte de la technologie nucléaire de façon objective et respectueuse

Le Plan de croissance de la Saskatchewan (2020) prévoit que les petits réacteurs modulaires (PRM) pourraient remplacer la production d’électricité à partir de charbon, en fournissant une base stable, avec l’hydroélectricité et le gaz naturel, à utiliser avec des sources intermittentes (vent, énergie solaire) afin d’assurer un approvisionnement futur en énergie propre. Idéalement, les PRM devraient être prêts au déploiement d’ici la fin des années 2020, et la production d’électricité à partir de charbon éliminée progressivement au début des années 2030. L’engagement du gouvernement de la Saskatchewan à passer à une technologie énergétique plus propre se manifeste également dans sa stratégie de lutte contre le changement climatique « Prairie Resilience : A Made-in-Saskatchewan Climate Change Strategy » (2017) (La résilience des Prairies : une stratégie sur le changement climatique élaborée en Saskatchewan). Cette stratégie vise à améliorer la résistance de la Saskatchewan aux impacts climatiques, économiques et politiques du changement climatique, à réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) et à se préparer à l’évolution des conditions (conditions météorologiques exceptionnelles, sécheresse ou feux de forêt). Les plans de la Saskatchewan sont conformes aux nouvelles priorités du gouvernement fédéral en matière de lutte contre le changement climatique, à la Feuille de route des PRM de RNCan et au Plan d’action sur les PRM prévu, ainsi qu’aux intentions de longue date visant à diversifier l’économie de l’Ouest.

La raison d’être, les principales activités et le Plan stratégique (en anglais seulement) du Fredoruk Centre sont en phase avec le Plan de croissance de la Saskatchewan de même qu’avec l’intérêt d’Innovation Saskatchewan de créer des conditions propices au renforcement de la présence de notre province dans le secteur nucléaire au-delà de l’exploitation d’uranium, soit dans des domaines d’innovation à valeur ajoutée comme la médecine, la recherche de matériaux, la production d’électricité et la gérance de l’environnement. Le Fedoruk Centre réalise déjà des actions cohérentes avec le Plan d’action des PRM de RNCan, puisqu’il vise à :

  • diversifier et renforcer la capacité de la Saskatchewan dans la recherche, le développement et la formation nucléaire pour faire évoluer l’imagerie nucléaire, la science des matériaux et les politiques publiques;
  • favoriser l’innovation en s’assurant que le SCCS est toujours dans un état accessible aux utilisateurs
  • établir un dialogue respectueux et basé sur les preuves avec le public et les décideurs concernant les technologies nucléaires

Plusieurs organisations de l’environnement de travail du Fredoruk Centre pourraient participer aux initiatives en matière de PRM et apporter des contributions de divers secteurs : des universités (University of Saskatchewan, University of Regina), une école polytechnique (Saskatchewan Polytechnic), des ministères provinciaux (Advanced Education, Energy and Resources, et Environment, qui comprend un nouveau secrétariat du nucléaire) et des organismes (comme Innovation Saskatchewan, SaskPower, Saskatchewan Research Council), des ministères fédéraux (comme RNCan et Diversification de l’économie de l’Ouest Canada) et des organismes (comme la Fondation canadienne pour l’innovation, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, le Conseil national de recherches), des entreprises et autres entités.

Il serait pertinent d’installer une nouvelle infrastructure de recherche et de développement des technologies de PRM en Saskatchewan. Par exemple, sur la douzaine de projets de PRM actuellement à l’étude par la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN), plusieurs imaginent de nouvelles façons de transférer la chaleur du cœur d’un réacteur aux générateurs de vapeur externes. Des installations de R et D en ingénierie pourraient être établies dans un établissement de la Saskatchewan pour démontrer la sécurité et la fiabilité de ces nouveaux systèmes de transport de la chaleur. Aussi, la majorité des PRM ont besoin de combustible d’uranium enrichi au-delà de l’abondance naturelle de l’U-235. Aucune technologie d’enrichissement n’existe au Canada. Pour déployer des PRM en Saskatchewan, il faudrait donc exporter l’uranium naturel de la Saskatchewan dans un autre pays pour qu’il soit enrichi et transformé en combustible adéquat, puis le réimporter pour la production d’électricité. Puisque la majorité des PRM utilisent de l’uranium enrichi, investir dans une infrastructure de R et D, de fabrication et de traitement et attirer des talents en Saskatchewan pourrait engendrer de nouvelles activités économiques qui ajouteraient de la valeur à notre ressource naturelle et créeraient un nouveau combustible pour les PRM qui sont déployés partout dans le monde. La Saskatchewan pourrait aussi avoir son propre PRM de démonstration. Bien que la promotion, la direction ou la gestion directe de tels projets dépassent la portée du Fedoruk Centre, nos activités principales pourraient au moins aider les organisations et habitants de la Saskatchewan à s’imaginer participer à un effort pancanadien visant à réduire les émissions de carbone, tout en fournissant une énergie fiable et durable pour le bien de tous.

Après que le gouvernement de la Saskatchewan ait fait part de son intention d’explorer les PRM comme élément d’un futur mélange d’énergie propre, le Fedoruk Centre a participé aux médias publics dans la province et au pays (télévision, radio, presse écrite) en expliquant les questions techniques en langage simple pour le grand public et les décideurs. Grâce au Fredoruk Centre qui soutient la recherche menée par des scientifiques de la Saskatchewan, une communauté de personnes aptes à utiliser des méthodes nucléaires pour en tirer des avantages sociaux et économiques dans les domaines de la santé, de l’agriculture, des matériaux et de l’énergie se développe. Ces praticiens peuvent ainsi partager les idées et résultats de leurs recherches, contribuant à ajouter un éventail de sciences ou de technologies nucléaires aux sujets de discussion à partir de leurs divers points de vue. Le Fedoruk Centre a créé une page Web de discussion sur l’énergie nucléaire (en anglais seulement) regroupant des articles récents sur les PRM qui pourraient intéresser les habitants de la Saskatchewan.

Conformément à notre Plan stratégique, le Fedoruk Centre a déjà invité les établissements de la Saskatchewan à envisager des partenariats pour des investissements pragmatiques afin de renforcer notre capacité d’innovation actuelle en matière d’imagerie nucléaire pour les diagnostics et les thérapies. Sous réserve des priorités stratégiques des établissements de la Saskatchewan, des partenariats pourraient être établis pour créer de nouvelles capacités de croissance dans des domaines tels que :

  • l’énergie nucléaire, avec des sujets comme l’environnement (radiotoxicologie, géologie, eau, etc.), les matériaux et le combustible nucléaires, l’ingénierie et la sécurité nucléaires, ou la mobilisation communautaire et la recherche politique sur les technologies nucléaires;
  • la recherche de matériaux avec des faisceaux de neutrons en physique, chimie, biologie, science des matériaux ou ingénierie;
  • la science des cultures et des sols avec de nouvelles connaissances tirées de l’imagerie nucléaire.

La capacité du Fedoruk Centre d’investir dans de nouveaux partenariats pragmatiques dépend des revenus restants une fois les coûts de maintien du Fedoruk Centre, du Saskatchewan Centre for Cyclotron Sciences (SCCS) et des appels de proposition annuels des chercheurs de la Saskatchewan couverts. Le taux d’investissement dans les partenariats visant à accroître la capacité de la Saskatchewan en recherche, en développement et en formation nucléaires pourrait être supérieur si des tiers contribuaient aux revenus. Pour réaliser le plein potentiel des investissements pragmatiques susmentionnés dans les délais prévus par le plan stratégique actuel, un flux de revenu ou une nouvelle entente de financement du gouvernement d’un montant semblable à celui obtenu dans le cadre de l’entente de financement (2012-2019) pour le lancement du Fedoruk Centre par la province de la Saskatchewan serait nécessaire.

Actions

CAPACITÉ, MOBILISATION ET CONFIANCE DU PUBLIC
Programme de chaires en sciences et ingénierie nucléaires- Développer les ressources humaines pour assurer le leadership dans la recherche, le développement et l’éducation nucléaires
ÉTAT : À VENIR
FKC01

Répond aux recommandations de la Feuille de route des PRM : 13, 48, 49

ACTIONS

Le Fedoruk Centre souhaite mettre en place une communauté productive d’utilisateurs et de chercheurs dévoués à l’avancement de la recherche nucléaire qui respecte les intérêts provinciaux et permet une croissance, comme la recherche de matériaux avec les faisceaux de neutrons ou encore la réduction des émissions de carbone liées à la production d’électricité en faisant progresser la technologie des petits réacteurs modulaires (PRM) au moyen de l’uranium de la Saskatchewan et en traitant les problèmes connexes.

L’établissement d’une cohorte de leaders universitaires couvrant un éventail de sujets nucléaires constitue la base d’un engagement sociétal confiant envers la science et la technologie nucléaires en général. Ainsi, les scientifiques, les étudiants et la population de la Saskatchewan pourraient participer à un plan d’action national des PRM pour, par exemple :

  1. Apprendre à utiliser les systèmes d’énergie nucléaire de façon sécuritaire;
  2. Participer à des projets nationaux et internationaux de développement des technologies;
  3. Créer des activités économiques connexes qui ajoutent de la valeur aux ressources d’uranium de la Saskatchewan, notamment le déploiement de PRM dans la province;
  4. Participer à un dialogue public avec des leaders scientifiques de confiance sur un éventail de sujets nucléaires : l’énergie, l’environnement, les matériaux, les impacts sociaux, la sécurité, etc.

Le Fedoruk Centre planifie déjà la création d’une cohorte de leaders scientifiques, en fonction de ses revenus. Un partenariat fédéral-provincial pour une entente de financement soutenant un Programme de chaires en sciences et ingénierie nucléaires permettrait d’accélérer la mise en place de cette cohorte. Le Fedoruk Centre est prêt à travailler avec des partenaires universitaires et industriels pour sonder l’intérêt et trouver des parrains de chaires, former un comité consultatif, gérer les consultations et élaborer des propositions pour des bailleurs de fonds de programme potentiels. Ce travail suivrait le modèle qui a permis d’établir avec succès un programme d’imagerie nucléaire en Saskatchewan de 2015 à 2020. Ce dernier compte maintenant six membres du corps enseignant répartis entre deux universités, un équipement de radiochimie et des outils d’imagerie nucléaire de pointe, et un coordinateur de recherche clinique. L’investissement dans de nouveaux laboratoires de classe mondiale au Saskatchewan Centre for Cyclotron Sciences (SCCS) dans le cadre d’un partenariat avec Innovation Saskatchewan et Diversification de l’économie de l’Ouest Canada a permis d’attirer plus de talents. Le nouveau programme de chaires, qu’il soit financé ou non, distribuera de façon semblable de nouveaux membres de faculté à l’U Sask, l’U Regina et Sask Poly, conformément aux plans stratégiques institutionnels.

RÉSULTATS ATTENDUS

Un Programme de chaires en sciences et ingénierie nucléaires peut apporter un soutien rapide pour créer des postes de professeurs sur des sujets nucléaires qui :

  1. Améliorent l’expertise de la Saskatchewan et du Canada pour soutenir une industrie des PRM de pointe en formant et renforçant la capacité de la prochaine génération de leaders et de main-d’œuvre, dans une culture de la diversité qui inclut les jeunes, les femmes et les peuples autochtones.
  2. Permettent à la Saskatchewan et au Canada d’obtenir des avantages supplémentaires en matière de R et D en utilisant l’expertise dans des domaines comme la science des matériaux, les systèmes d’ingénierie et de sécurité nucléaire, les matériaux et les combustibles nucléaires, les considérations de science environnementale avec les technologies de l’énergie nucléaire, les approches de science sociale pour la mobilisation de la collectivité dans les technologies et la science nucléaires, les progrès en sciences des matériaux soutenus par les méthodes par diffusion des neutrons, les applications agricoles et autres sciences de la vie soutenues par l’imagerie nucléaire, partagée largement entre des partenaires de développement et de recherche habilitants.
  3. Créent un regroupement de personnel hautement qualifié et fournissent aux étudiants une expérience pratique de première main par le biais de programmes de R et D en phase initiale et des possibilités de formation.
  4. Augmentent et améliorent la diversité de la prochaine génération de talents nucléaires en aidant le secteur nucléaire canadien vieillissant à créer un bassin de leaders et de professionnels hautement qualifiés qui représente les femmes, les jeunes, les minorités et les peuples autochtones. Cela permettra d’embaucher plus de femmes, de minorités et d’autochtones dans les programmes universitaires, d’école polytechnique et de collèges dans le domaine de l’énergie nucléaire.
CAPACITÉ, MOBILISATION ET CONFIANCE DU PUBLIC
Plan des ressources humaines de la Saskatchewan pour le déploiement de l’énergie nucléaire - Développer les ressources humaines pour assurer la conception, la construction, la mise en service et l’exploitation des PRM
ÉTAT : À VENIR
FKC02

Répond aux recommandations de la Feuille de route des PRM : 1, 48

ACTIONS

Pour planifier, concevoir, construire, mettre en service et exploiter une centrale nucléaire ou un établissement de R et D nucléaire, la Saskatchewan devra former un bassin de personnes qualifiées pour occuper un éventail de postes dans la chaîne d’approvisionnement des PRM : manœuvres, opérateurs d’équipement, techniciens, ingénieurs, administrateurs, régulateurs et scientifiques. La Saskatchewan n’est pas la première province à devoir établir une réserve de ressources humaines pour soutenir une technologie d’énergie nucléaire qui n’existait pas avant. Un plan des ressources humaines bien structuré précisera le nombre de personnes et le type de compétences requis pour ajouter le volet énergie nucléaire à l’économie de la Saskatchewan et atteindre une situation équilibrée d’unités de planification, de construction, d’exploitation et de mise en service dans les décennies à venir. Le plan expliquera aussi comment attirer ou former les personnes qualifiées qui seront requises à court ou à long terme.

Un projet de rédaction d’un plan des ressources humaines soutenant la croissance de l’économie de la Saskatchewan liée aux PRM peut être envisagé pour garantir un nombre suffisant de travailleurs possédant les capacités requises et le fonctionnement sécuritaire des technologies de production d’électricité nucléaire pendant des décennies. Il servira également de référence pour des initiatives de financement et la planification stratégique des universités et établissements de formation de la Saskatchewan.

L’Organisation de la Saskatchewan qui dirigera la rédaction d’un Plan des ressources humaines devra consulter les établissements postsecondaires et les centres affiliés, les conseils scolaires et autres, ainsi que d’autres sources partout au Canada. Sur demande, le Fedoruk Centre pourrait conseiller et soutenir l’organisation principale, à titre de service de consultation.

RÉSULTATS ATTENDUS

La Saskatchewan et le Canada sont mieux placés pour comprendre les avantages et la valeur de la R et D dans la chaîne d’approvisionnement nationale pour la planification, la conception, la construction, la mise en service et l’exploitation sécuritaire d’une centrale nucléaire ou d’un établissement de R et D nucléaire.

La future main-d’œuvre nucléaire de la Saskatchewan possède les compétences, les habiletés et les ressources requises pour que l’industrie réponde aux demandes d’un nouveau sous-secteur émergent des PRM dans la province.

Le secteur nucléaire est renforcé par les perspectives et l’expérience multidisciplinaires permettant de développer de nouveaux modèles d’affaires novateurs et des solutions aux problèmes techniques, économiques et sociaux.

La création d’un plan des ressources humaines de la Saskatchewan qui oriente les programmes de formation technique et les curriculums d’enseignement afin d’inclure les exigences du développement de la technologie des PRM.

Les étudiants profitent d’expériences pratiques de première main par le biais de programmes de recherche et développement en phase initiale, d’apprentissages, de bourses et d’expériences professionnelles.

Collaboration avec des universités, des écoles polytechniques, des collèges et des organisations de recherche du monde entier pour améliorer la coopération internationale dans la science et les technologies nucléaires et attirer des talents d’ailleurs en Saskatchewan et au Canada.

Encourager les possibilités d’apprentissages multidisciplinaires en donnant des exemples du secteur nucléaire dans les programmes de formation et les curriculums non nucléaires, comme l’économie, la comptabilité, le marketing, la politique et l’administration publique, les communications, etc.

CAPACITÉ, MOBILISATION ET CONFIANCE DU PUBLIC
Favoriser un engagement partagé en matière de science et de technologies nucléaires
ÉTAT : EN COURS
FKC03

Répond aux recommandations de la Feuille de route des PRM : 53

ACTIONS

Le Fedoruk Centre est déterminé à mettre en place un dialogue respectueux avec le public et les décideurs pour favoriser une compréhension basée sur les données des risques et des avantages de la science et des technologies nucléaires.

Un besoin croissant se fait sentir pour un accès à de l’information basée sur les données et à des possibilités de participer à des conversations respectueuses qui touchent des sujets liés au nucléaire. Par exemple, la Saskatchewan s’interroge à savoir si et quand elle devrait ajouter l’électricité nucléaire au mélange de technologies de production d’électricité sans combustible fossile. Autre exemple, les leaders universitaires explorent la possibilité d’établir un programme universitaire pancanadien pour superviser la gestion de la capacité de diffusion neutronique du Canada.

Le Fedoruk Centre est bien placé pour réunir les intervenants, partager de l’information objective et aider à utiliser les connaissances techniques pour améliorer la compréhension des risques et des impacts socioéconomiques qui intéressent le plus les vastes auditoires au nom de RNCan et d’autres organismes. Le Fedoruk Centre et les chercheurs affiliés peuvent fournir de l’information ou des données sur les technologies nucléaires pour soutenir les conversations et la prise de décisions fondées sur les données parmi le public et les décideurs.

Avec des ressources supplémentaires du gouvernement fédéral et d’autres parrains intéressés, le Fedoruk Centre pourrait travailler avec d’autres organisations de notre environnement (comme JSGS, FNPA, CIFAR, établissements postsecondaires, etc.) pour améliorer les discussions politiques publiques et effectuer des consultations locales pour comprendre le rôle des PRM dans le mélange d’énergie de la Saskatchewan et du Canada. Par exemple, le Fedoruk Centre pourrait travailler avec ses collègues de la Johnson Shoyama Graduate School (JSGS) et de son Centre for the Study of Science and Innovation Policy (CSIP) et la First Nations Power Authority (FNPA) pour faire participer les populations locales à la conversation et solliciter la participation des collectivités du Nord, éloignées et autochtones pour recueillir des informations sur les PRM et les voies de la transition énergétique, notamment en déterminant l’intérêt et la volonté de participer à une étude de faisabilité des PRM ou pour mieux comprendre les perceptions, les risques et des impacts socioéconomiques des options d’énergie nucléaire.

RÉSULTATS ATTENDUS

La création de ressources de connaissances basées sur les données et le partage d’information avec les parties intéressées sur la sécurité, les risques potentiels, les applications et les avantages de la science et des technologies nucléaires.

Sert de ressource neutre pour les décideurs cherchant à comprendre l’information technique pour appuyer leurs décisions et l’évaluation de nouvelles initiatives liées à la science et à la technologie nucléaires.

Participation encouragée au dialogue public en tant que canal de confiance pour l’expertise sur les sujets et technologies nucléaires (comme production d’électricité nucléaire, petits réacteurs modulaires, diffusion neutronique).

Transparence, responsabilité, et prise de décisions basée sur les faits qui améliorent les résultats pour les Canadiens et le Canada.