Contenu de la page principale

Société d'énergie Qulliq

Responsive image

APERÇU

La Société d'énergie Qulliq (SEQ) est résolue à fournir aux Nunavummiutes et Nunavummiuts une énergie sécuritaire, fiable et abordable. Le territoire le plus grand, récent et septentrional du Canada dépend presque exclusivement du carburant diésel pour produire son électricité et une petite partie du chauffage centralisé, grâce à l'exploitation de 25 centrales au diésel autonomes réparties dans 25 collectivités arctiques éloignées qui sont seulement accessibles par avion. Employant quelque 200 personnes, la SEQ est une société territoriale et la propriété exclusive du gouvernement du Nunavut.

Les 15 000 clientes et clients du Nunavut paient le tarif d'électricité non subventionné le plus élevé au Canada. Chaque année, environ 55 millions de litres de carburant diésel sont livrés par bateau aux collectivités du Nunavut pendant la courte période de livraison estivale, lorsque la glace de mer se brise. Les couts liés à l'approvisionnement par bateau, au manque d'interconnexion de réseaux entre les localités et aux conditions météorologiques extrêmes dans le Nord rendent le service particulièrement difficile dans ce territoire de deux millions de kilomètres carrés.

La SEQ collabore étroitement avec d'importants intervenants pour soutenir les initiatives appuyant le mandat du gouvernement du Nunavut, qui consiste à mettre en valeur et à gérer des ressources renouvelables et non renouvelables dans l'intérêt à long terme des Nunavummiutes et Nunavummiuts (gens du Nunavut). Sa volonté de passer des combustibles fossiles aux énergies de remplacement repose sur différents facteurs environnementaux, la nécessité de réduire la dépendance aux combustibles importés et les effets de la fluctuation des prix du pétrole. Les couts d'immobilisation élevés associés à la transition et le manque de fiabilité des sources d'énergie propre dans des conditions arctiques sont les plus grands obstacles à la production d'énergie de remplacement au Nunavut. La construction et la mise à l'essai des installations requises nécessitent d'importantes ressources financières. Actuellement, les ressources limitées de la SEQ servent à entretenir et à rebâtir les centrales au diésel vieillissantes qui continuent d'être utilisées après leur durée de vie utile.

Comme bien des régions nordiques, la SEQ s'intéresse au développement des énergies de remplacement, surtout si elles peuvent réduire les couts élevés et les répercussions environnementales de la production d'électricité au diésel. C'est pourquoi elle étudie la possibilité d'utiliser de petits réacteurs modulaires (PRM) pour produire de l'électricité dans les localités éloignées et non raccordées au réseau. Les PRM pourraient diminuer l'utilisation de diésel sans produire d'émissions et réduire les livraisons annuelles de carburant par bateau dans le territoire. De plus, elles devraient permettre l'intégration des nouveaux systèmes d'énergie éolienne et de panneaux solaires photovoltaïques du Nunavut, ainsi que la création d'emplois et l'amélioration de la sureté du système d'énergie. Ces facteurs, jumelés aux autres avantages prévus liés au chauffage et au dessalement, sont d'un intérêt important pour la SEQ et pourraient contribuer à son virage vers l'énergie propre. Pour ces raisons, la SEQ appuie le Plan d'action canadien pour les petits réacteurs modulaires.

Compte tenu du manque d'information disponible sur les défis opérationnels liés aux PRM dans l'Arctique, la SEQ en est actuellement à l'étape de la recherche, et s'informe sur la viabilité technique et les aspects financiers des PRM.

La transition vers d'autres réseaux de production d'électricité pour les collectivités éloignées dépend grandement de l'acceptation des Nunavummiutes et Nunavummiuts. En 2018, la rétroaction des collectivités nordiques sur les PRM indiquait une connaissance limitée de la production d'énergie nucléaire et d'importantes craintes entourant sa sécurité. Si la SEQ commence à étudier la possibilité de se doter de PRM, elle sera tenue par la loi d'organiser une consultation communautaire, appuyée par des recherches approfondies sur l'utilisation de la technologie nucléaire dans l'Arctique. Les Nunavummiutes et Nunavummiuts doivent avoir l'assurance qu'ils auront accès à des renseignements clairs et pertinents, et qu'ils pourront poser leurs questions avant que tout projet soit examiné. Par ailleurs, la consultation des principaux intervenants demeure essentielle avant d'envisager des projets d'énergie de remplacement.

Actions

CAPACITÉ, MOBILISATION ET CONFIANCE DU PUBLIC
Engagement communautaire
ÉTAT : EN COURS
QEC01

Réponse à la recommandation de la feuille de route d'un PRM : 10, 43

ACTIONS

Des consultations sont légalement requises pour la poursuite des projets d’énergie alternative par la Société. La SÉQ s'engagera à poursuivre l'engagement communautaire sur les PRM à travers le Nunavut et sera appuyée par une documentation de recherche approfondie sur l'utilisation de la technologie nucléaire dans l'Arctique.

Résultats escomptés

La Société a enrichi les connaissances sur l'énergie nucléaire et a créé un lien de confiance avec les Nunavummiutes et Nunavummiuts au moyen d'une plateforme ouverte et accessible.