Contenu de la page principale

Les Syndicats des métiers de la construction du Canada

Responsive image

APERÇU

Les Syndicats des métiers de la construction du Canada (SMCC) représentent plus de 600 000 hommes et femmes exerçant des métiers spécialisés partout au pays. On retrouve ce secteur dans chaque ville, chaque municipalité; nos membres participent à la construction de presque chaque route et chaque pont; ils sont présents dans pratiquement chaque projet de construction industrielle, institutionnelle et écologique au Canada. Nous produisons 15,7 % du PIB du Canada et notre secteur entretient et répare des actifs d’une valeur de plus de 2,2 billions de dollars.

En plus de travailler sur place, nous travaillons dans un certain nombre d’installations qui fournissent des modules ou d’autres composants qui sont intégrés dans les structures sur lesquelles nous travaillons. Une fois les structures bâties, nous sommes appelés à les rénover, les entretenir et les réaménager, dans bien des secteurs, y compris le nucléaire. Nos membres sont des ouvriers spécialisés qualifiés qui constituent le pilier de la classe moyenne. La liste des syndicats qui font partie des SMCC se trouve sur notre site Web ici.

Nos syndicats membres représentent des travailleurs de nombreux secteurs et entreprises, y compris le secteur nucléaire. Bref, les membres des SMCC sont les travailleurs de première ligne qui mettent en pratique les méthodes et les technologies visant à réduire la consommation d’énergie et à améliorer l’efficience de l’environnement bâti du Canada. La compétitivité des industries canadiennes s’en trouve accrue, et les Canadiens et Canadiennes trouvent un emploi. Nous sommes fiers de ce que nous faisons parce que nous donnons à notre économie le pouvoir de soutenir ce qui compte vraiment : les personnes.

Dans le même temps, nous sommes conscients que de nombreuses industries où travaillent nos membres sont en transformation et qu’elles doivent changer rapidement pour réduire leur impact sur l’environnement. En 2015, 197 nations ont signé l’Accord de Paris par lequel elles s’engageaient à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) avec l’objectif de maintenir le réchauffement climatique sous 2°C et si possible de le limiter à 1,5°C.

Selon le rapport Les Emplois de Demain produit pour les SMCC en juillet 2017, la transition à l’échelle mondiale vers une économie à faible émission de carbone nécessitait alors un investissement supplémentaire de 220 milliards USD d’ici 2020, moins de 4 % de l’investissement annuel total à l’échelle mondiale dans les activités de construction.

Pour atteindre la cible zéro émission nette au Canada, il faudra remplacer les sources d’électricité qui émettent des GES par des sources plus vertes. Par ailleurs, selon certaines projections, la population du Canada atteindra 48 millions d’ici 2050. Ainsi, en même temps que nous nous efforçons de réduire les GES venant de la production de l’électricité, nous essayons de doubler la production de cette forme d’énergie d’ici 2050. Il est donc crucial de « décarboniser » le réseau canadien. Le rôle de l’industrie de la construction par rapport à l’atteinte des objectifs climatiques du Canada est vital : nous soutenons la production dans d’autres secteurs, notamment celui des petits réacteurs modulaires (PRM).

Nos membres peuvent fournir une main-d’œuvre hautement qualifiée et formée pour le développement et la maintenance des PRM au Canada; en fait, des milliers de nos membres sont embauchés et travaillent déjà dans le secteur nucléaire. Plusieurs provinces au Canada ont montré un vif intérêt à l’égard du développement des technologies des PRM : l’Ontario, le Nouveau-Brunswick et la Saskatchewan ont signé un protocole d’entente établissant leur volonté de collaborer à la construction de petits réacteurs nucléaires avec pour objectif de réduire les émissions et de contribuer à la lutte aux changements climatiques.

Il est possible de placer les PRM à proximité immédiate du point de consommation, ce qui amènerait une baisse de la perte d’énergie et un gain en efficience. Avec la possibilité de disposer de diverses sources d’électricité, les municipalités et les villes sont moins vulnérables aux pannes, aux flambées de prix des ressources et à la pollution. Les PRM fourniraient aux populations du Nord canadien une source d’énergie propre et fiable en réduisant le recours au diesel et la production d’électricité au moyen de combustibles; ils pourraient servir en Alberta à générer la chaleur utile à la production des sables bitumineux.

Le Canada a ce qu’il faut pour que la sortie des PRM soit un succès : une main-d’œuvre qualifiée, tant dans les métiers spécialisés qu’en ingénierie; la capacité de fournir et d’acheter les matériaux et les composants; un accès direct pour les exportations. Le succès dépendra, d’une part, du développement et de la mise en œuvre en temps opportun de l’infrastructure nécessaire à la fabrication et à la production des technologies, et, d’autre part, du soutien de tous les ordres de gouvernement et du financement entier des projets liés aux PRM, comme celui proposé par ARC (Advanced Reactor Concepts).

Nous collaborons avec les parties intéressées du secteur et des gouvernements à l’effort consenti pour promouvoir les PRM et susciter du soutien en leur faveur. Nous avons hâte de voir le développement des PRM et la mise en œuvre de leur lancement au Canada au cours de la prochaine décennie. Nous continuerons d’apporter notre aide et notre soutien à la réalisation de cet objectif dans la mesure du possible.

Actions

POLITIQUE, LÉGISLATION ET RÉGLEMENTATION
Plan d’action des SMCC – travail
STATUT : EN COURS
CBTU01

Répond aux recommandations de la Feuille de route des PRM : 4, 5, 39

ACTION

Les SMCC collaboreront avec d’autres partenaires d’Équipe Canada à l’élaboration d’un plan d’action qui tient compte du rôle crucial des plans de développement de la main-d’œuvre et de l’emploi dans le développement et la mise en service des PRM.

RÉSULTATS ATTENDUS

  • Un plan d’action qui tient compte du rôle crucial des plans de développement de la main-d’œuvre et de l’emploi dans le développement et la mise en service des PRM est élaboré.
  • La future main-d’œuvre des PRM est diversifiée et reconnaît de façon équitable l’apport des femmes, des jeunes, des minorités et des Autochtones.
  • Les initiatives de développement de la main-d’œuvre soulignent l’importance de la formation d’apprenti(e)s et l’embauche sur place en ce qui a trait aux PRM.
  • Des investissements canadiens dans les PRM sont encouragés.
CAPACITÉ, ENGAGEMENT ET CONFIANCE DU PUBLIC
Mobilisation des travailleurs en faveur de la promotion et du développement des PRM
STATUT : EN COURS
CBTU02

Répond aux recommandations de la Feuille de route des PRM : 11, 12, 24, 39, 41, 46, 53

ACTION

Les SMCC continueront de collaborer avec d’autres parties intéressées, de tous les ordres de gouvernement, de l’industrie et des organisations syndicales, de consulter et de promouvoir les investissements dans le développement et la mise en service des PRM en temps opportun.

RÉSULTATS ATTENDUS

  • Des résultats positifs sont obtenus dans le financement et l’établissement des échéanciers du développement et de la mise en service des PRM.
  • Des travailleurs syndiqués qualifiés sont employés pour construire, fabriquer, distribuer et opérer les PRM.

ACTION

Les SMCC continueront de promouvoir les possibilités qu’offrent les métiers spécialisés auprès des groupes sous-représentés : Autochtones, femmes, jeunes et nouveaux arrivants au Canada avec l’objectif d’accroître la diversité et de créer des possibilités d’intégration grâce au programme Bâtir ensemble.

RÉSULTATS ATTENDUS

  • Les nouveaux venus dans les métiers spécialisés seront de plus en plus diversifiés, notamment des personnes hautement qualifiées prêtes à se joindre à la main d’œuvre affectée aux PRM; les métiers spécialisés peuvent trouver des travailleurs dans un bassin diversifié de professionnels hautement qualifiés venant de tous les groupes sous représentés : femmes, jeunes, membres des minorités et Autochtones.