Contenu de la page principale

Le Conseil Canadien de L’énergie

Logo du Conseil Canadien de L’énergie

APERÇU

Approbation

Le Conseil canadien de l’énergie accepte et approuve la Déclaration de principes du plan d’action sur les petits réacteurs modulaires. Nous soutenons le développement de nouvelles technologies qui aident le Canada à atteindre ses objectifs en matière d’énergie et d’environnement. Nous nous intéressons plus particulièrement aux options qui s’intègrent bien aux méthodes actuelles de production, de transformation et d’utilisation finale d’énergie.

Le Conseil canadien de l’énergie n’endosse pas une technologie en particulier parmi les alternatives existantes ou concurrentes. Nous sommes d’avis qu’il est important de garder ouvertes toutes les options énergétiques viables. Nous approuvons et soutenons les initiatives visant à développer et à commercialiser de nouvelles technologies énergétiques, notamment l’approche lancée par l’industrie nucléaire canadienne et le gouvernement fédéral pour promouvoir la technologie de PRM, comme décrite dans la Déclaration de principes. Le Conseil canadien de l’énergie s’engage à ajouter la discussion sur la technologie des PRM à son programme d’activités.

Acceptation publique

Pour ajouter avec succès toute nouvelle technologie au mélange énergétique canadien, il faut faire des choix en tenant compte des nombreux contextes énergétiques différents qui s’étendent sur tout le paysage canadien. La technologie de PRM ne fait pas exception à cette règle. La géographie, l’écologie, la topographie, la géologie, l’hydrologie, la démographie et l’économie sont tous des facteurs importants. Ces variables, ainsi que d’autres, doivent être définies en fonction des attentes sociales et politiques changeantes d’une démocratie fédérale sophistiquée comme le Canada.

Plus le secteur énergétique canadien répond aux valeurs canadiennes, plus le secteur énergétique canadien devient responsable. Bref, les solutions énergétiques ne peuvent être imposées aux Canadiens. Toutes les solutions doivent être adoptées grâce au partage ouvert de toute information pertinente. Il est nécessaire d’avoir une discussion complète à propos de tout attribut positif ou potentiellement négatif lié à toute technologie proposée. Ce sont des ingrédients essentiels à une prise de décisions éclairée et réussie au Canada.

C’est en partie pourquoi le Conseil canadien de l’énergie soutient grandement la phrase d’ouverture de la Déclaration de principes qui s’engage à garantir la réconciliation avec les peuples autochtones, une priorité fondamentale de la promotion des technologies de PRM. Cette priorité doit être partagée par l’industrie énergétique canadienne. Le Conseil canadien de l’énergie encourage et favorise les actions qui font progresser cet engagement par le biais d’initiatives comme sa publication : Indigenous energy across canada. Nous accueillerons favorablement la promotion de la technologie de PRM, surtout en ce qui concerne sa contribution à la réconciliation autochtone.

L’engagement envers la réconciliation autochtone de la déclaration de principes suggère un dévouement égal à des communications élargies et une mobilisation des intervenants dans la promotion de la technologie de PRM. Malheureusement, cela n’est pas mentionné directement ou précisé aussi clairement. Dans le contexte canadien actuel, les problèmes non techniques sont beaucoup plus importants que les problèmes d’ordre technique.

L’acceptation publique de toute option énergétique au Canada est une difficulté beaucoup plus importante que tout problème d’ingénierie résolu il y a longtemps déjà. Plus grand est le nombre d’intervenants pertinents participant aux conversations robustes sur la complexité, la sécurité et les déchets des PRM, plus l’esprit de la Déclaration de principes sera honoré, comme nous le comprenons. Peu importe à quel point les communications élargies et les relations avec les intervenants sont bien décrites dans tout document d’orientation, la réussite ou l’échec dépendra de la façon dont ses activités seront réellement hiérarchisées et exécutées.

Les défis et possibilités du Canada liés aux collectivités nordiques et éloignées

Tout au long de l’histoire du Canada, les projets de développement des ressources naturelles en régions éloignées, comme les projets d’exploitation minière, ont contribué à établir de nouvelles collectivités et à développer celles qui existaient déjà. Les besoins en énergie sont essentiels à la viabilité de ces projets puisqu’ils sont souvent situés loin des réseaux électriques existants. La disponibilité et la fiabilité de l’énergie feront toute la différence dans le développement des ressources naturelles au Canada. Le déploiement réussi des PRM au Canada pourrait éventuellement encourager d’autres développements économiques importants dans les régions nordiques et éloignées, là où il est souvent le plus nécessaire.

En tant que promoteur neutre de toute énergie canadienne, le Conseil canadien de l’énergie soutient la technologie des PRM, surtout pour son potentiel à compléter d’autres technologies énergétiques et à s’y intégrer. Sa capacité à fournir une électricité de base fiable pourrait permettre une production supplémentaire, locale et variable, comme l’énergie éolienne et solaire. Grâce à cette nouvelle synergie, il serait possible de réduire de façon considérable les émissions de gaz à effet de serre, contribuant ainsi à la lutte contre le changement climatique.

Le défi que représente l’électricité pour les collectivités éloignées et nordiques du Canada est varié et complexe. Dans certains cas, élargir les réseaux d’électricité actuelle serait la meilleure solution. Dans d’autres cas, l’énergie éolienne et solaire locale serait mieux complétée par des options traditionnelles ou d’énergie hydraulique nouvelle. Dans d’autres cas encore, la production à partir de gaz naturel et de propane constitue le meilleur choix. Dans certaines régions, la production au moyen de diesel est la seule option viable pendant un certain temps encore.

En tant que sources modulaires et évolutives de production d’électricité de base, les PRM pourraient servir de catalyseurs attrayants et à faibles émissions pour d’autres options de production plus locales et à faibles émissions. Aussi fiables que le diesel a été pour les collectivités au fil des ans, les PRM seraient une source d’énergie tout aussi fiable, avec de meilleures options de transport et de stockage du combustible. C’est important pour le nord puisque les routes sont saisonnières. Les ports et les pistes d’atterrissage sont négativement affectés par le changement climatique. La livraison de diesel devient plus difficile.

Un organisme de réglementation nucléaire de classe mondiale

Pour assurer la réussite de toute nouvelle technologie au Canada, de bons règlements sont nécessaires pour garantir son exploitation sécuritaire et écologique. Le bilan du Canada en matière de sûreté dans l’exploitation de l’énergie nucléaire est bien établi. La Commission canadienne de sûreté nucléaire est un organisme de réglementation de classe mondiale fiable et respecté. Elle participe actuellement à l’élaboration d’un cadre de travail pour le développement potentiel de PRM. Il faut y voir une évolution positive nationale et internationale dans le déploiement de cette nouvelle technologie.

Pour obtenir l’appui public nécessaire à la technologie de PRM, l’acceptation des changements à apporter à la Loi sur la responsabilité et l’indemnisation en matière nucléaire est nécessaire. Il faudra également adopter de nouveaux règlements nécessaires en vertu de la Loi sur l’évaluation d’impact. Les communications et la sensibilisation des intervenants en vue de modifier ces règlements doivent être entreprises avant ou au moins, parallèlement, à toutes les autres activités décrites dans la Déclaration de principes.

Possibilité internationale

Le Canada est le deuxième plus grand producteur d’uranium au monde. Étant donné l’état actuel et prévu de la technologie, l’énergie nucléaire sera probablement un choix inévitable pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, surtout dans les pays où il y a moins d’options énergétiques qu’au Canada. Le Canada a intérêt à conserver et à renforcer sa position de chef de file mondial dans le secteur de l’énergie nucléaire. Si elle est développée correctement, la technologie de PRM peut offrir de nets avantages au Canada et au reste du monde.

En conclusion, notre soutien

Au Canada, ce qui est le plus important, c’est comment nous pourrons explorer et mettre en place une nouvelle technologie énergétique. La Déclaration de principes du Plan d’action sur les petits réacteurs modulaires (PRM) donne des indications utiles et encourageantes à cet égard. Le Conseil canadien de l’énergie offre des suggestions supplémentaires pour renforcer la Déclaration de principes et le cadre général pour aller de l’avant. Le Conseil de l’énergie du Canada est fier de soutenir l’étude plus approfondie de la viabilité globale du développement et du déploiement de la technologie de PRM au Canada et ailleurs.